Publié par Patrick Onnis |

 Une des caractéristiques de la société actuelle est de rechercher à tout prix la prospérité matérielle et cela, bien souvent, au détriment du bien être intérieur.

Un nombre croissant d’individus prend aujourd’hui conscience que l’abondance matérielle ne conduit pas au bonheur (c’est-à-dire à un état de complète satisfaction et de plénitude). De plus en plus de personnes recherchent un certain épanouissement sur le plan psychique ou émotionnel. De nombreux stages sont organisés pour répondre à cette demande et bien des ouvrages sont consacrés à ce sujet.

Notre société dite « civilisée » repose sur une vision qui donne la primauté à l’aspect matériel des choses. La science, la politique, l’éducation, la médecine et de nombreuses disciplines fonctionnent en ayant pour base des principes matérialistes. Dans certains milieux, on parle d’une ère nouvelle, d’une nouvelle civilisation (new âge). Approfondissons ce sujet à travers un exemple. Dans la nature existent de nombreux cycles comme celui des saisons. Le printemps fait place à l’été qui fait place à l’automne, l’automne faisant place à l’hiver et ainsi de suite. 

Ces changements s’opèrent progressivement. On passe graduellement d’une saison à une autre et toute la nature se métamorphose. Nous ne vivons pas de la même manière en hiver qu’en été. Il est rare qu’une personne normalement constituée porte un pull-over à col roulé et des gants en plein été. Les paysages se transforment au gré des saisons et de nombreux changements les accompagnent.

Ainsi, nous adaptons notre mode de vie en fonction des différentes saisons. 

Ces changements s’opèrent progressivement. On passe graduellement d’une saison à une autre et toute la nature se métamorphose. Nous ne vivons pas de la même manière en hiver qu’en été. Il est rare qu’une personne normalement constituée porte un pull-over à col roulé et des gants en plein été. Les paysages se transforment au gré des saisons et de nombreux changements les accompagnent.

Ainsi, nous adaptons notre mode de vie en fonction des différentes saisons. 

Nous nous trouvons maintenant au seuil d’une nouvelle ère qui donnera la primauté aux valeurs spirituelles et morales. Nous passons donc d’une époque qui donnait la première place à la matière à une époque où l’on donnera la première place à la spiritualité. 

Jusqu’à présent, la « norme » était de considérer toute chose sous un angle matérialiste. C’était une époque comparable à la « nuit » (Yin – Lune). Dans un avenir proche, nous devrons considérer les choses d’un point de vue spirituel. Ce sera une époque comparable au « jour » (Yang – Soleil).

Notre état d’esprit doit s’accorder, s’harmoniser avec la nouvelle ère. Si nous continuons à penser et à agir comme de par le passé, si nous ne nous harmonisons pas avec le nouveau plan (divin, cosmique), tous les efforts que nous ferons dans quelque domaine que ce soit, resteront vains. 

Changer sa façon de penser, de concevoir les choses pour être en harmonie (en symbiose) avec la nouvelle époque revient à choisir la bonne fréquence (chaine de télévision) ou le bon numéro de téléphone. 

Un des entraînements pour notre époque consiste à rester en phase avec la courbe de l’évolution de l’humanité grâce à des conseils et à des entraînements pratiques que nous développons à travers les différents recueils. La société actuelle, qui continue à donner la primauté à l’aspect matériel (physique) des choses, va se retrouver dans une impasse dans tous les domaines.

Nous devons résolument tourner le dos à un style de vie qui va à l’encontre de la nouvelle époque.

On peut comparer l’époque Yin à une famille où le père qui représente la sévérité et l’autorité est absent. De ce fait, les enfants se comportent à leur guise, en toute liberté. Il en est de même pour les hommes d’aujourd’hui qui sont une menace pour la nature et créent des déséquilibres dans l’éco système.

On peut également comparer l’époque Yin à l’époque de la nuit où règne une lumière faible irradiée par la Lune. Il est à noter que la Lune doit son rayonnement au fait qu’elle est éclairée par le Soleil. La Lune n’a pas de rayonnement qui lui est propre.

Dans ces conditions, on peut facilement se cacher pour commettre des méfaits. L’époque à venir est celle du Soleil qui irradie une lumière intense et éblouissante. C’est l’époque où les masques tombent. Par exemple, ce phénomène se traduit par les scandales qui éclatent au grand jour et qui touchent des personnalités au-delà de tout soupçon jusqu’ici.

Durant la période lunaire, on peut constater que, dans le domaine architectural notamment, les pièces des maisons sont très cloisonnées et la décoration chargée.

De nos jours, les habitations sont plus aérées, de type loft par exemple et la décoration plus sobre. Dans un autre domaine, les prêtres traditionnels de la religion catholique étaient vêtus de noir. Dans les églises et cathédrales d’autrefois, la lumière de l’extérieur pénétrait faiblement à travers les vitraux, créant ainsi une ambiance calme et propice à la méditation. Dans le domaine de la mode, la tenue vestimentaire reflétait également cette période.

L’époque Yang qui a commencé depuis 1962 sera également celle des restrictions dans tous les domaines. Certains érudits parlent déjà d’une probable guerre de l’eau. A titre comparatif, l’époque à venir sera celle du retour du père au sein de la famille rétablissant ainsi un nouvel ordre pour que l’harmonie s’installe de nouveau en son sein.

Dorénavant, il ne sera plus possible pour les hommes d’exploiter la nature à des fins mercantiles et dans un but de domination. 

Dans son livre intitulé « La légende de la vie », Albert Jacquard (spécialiste de génétique mathématique) dit : (4)

« L’homme est le plus dangereux des prédateurs vis-à-vis des espèces. »

« Le rapport des ressources par individu est de 15 à 1 si l’on compare les Européens de l’Ouest aux Egyptiens ou aux Indonésiens, de 30 à 1 si on les compare aux Chinois ou aux Pakistanais. Il y a donc urgence à réveiller ceux des hommes qui aujourd’hui entraînent l’humanité à sa perte par rêve de puissance… Les pays riches doivent accepter une réduction de leur consommation. Nous sommes encore loin d’un tel état d’esprit quand nos sociétés ne cessent de stimuler cette consommation en inventant des besoins artificiels, en provoquant des désirs nouveaux, par le tapage d’une publicité omniprésente et infantilisante… »

Les hommes de demain devront désormais mieux utiliser les moyens de production afin de privilégier la qualité à la quantité.

S’harmoniser avec les vibrations de la nature et diminuer la distance qui nous sépare des principes qui dirigent l’univers représente l’enjeu majeur du 21ème siècle et constitue une véritable pratique ascétique.

Lorsqu’un être humain perd la capacité de s’harmoniser avec la nature, son cœur devient sec et insensible. En vivant en harmonie avec celle-ci, il se sent en sécurité comme un bébé dans les bras de sa mère. Son cœur est ouvert et chaleureux. La plupart des hommes vivent aujourd’hui dans un environnement pollué et urbain. Aussi, leur capacité d’émerveillement vis-à-vis du miracle de la vie s’estompe peu à peu. Ils émettent sans cesse des sentiments d’insatisfaction et de mécontentement.

L’époque de la nuit (lumière faible) va faire place à l’époque du jour (lumière éblouissante).

 Il n’est pas question, cependant, de revenir en arrière et de vivre comme nos ancêtres. La technologie et le progrès facilitent notre vie de tous les jours. La future civilisation issue de la nouvelle époque va s’épanouir sur le compost, l’humus de l’ancienne époque. Il en est de même par exemple lors de la rénovation d’une ancienne maison. On fait le tri entre les matériaux pour ne garder que ceux qui peuvent être réutilisés et on recycle ceux qui sont inutilisables.

À suivre…

source: http://interobjectif.net

(4) La Légende de la vie
d’Albert Jacquard
La légende de la vie d'Albert Jacquard
  1. Expressorion dit :

    Malheureusement, l’aube parait bien longue pour ceux qui attendent ce lever de soleil.
    Pourtant, faut-il être courbé pour ne pas discerner à l’horizon la montée de ce nouveau jour ?
    Faut-il être assoupi à ses vieilles valeurs pour ne pas humer cette rosée matinale ?
    Les débats politiques et médiatiques soporisent une masse encore somnolente.
    À quoi bon deposer au pied de leur grabat l’évidence de ces jours nouveaux, s’ils ne vivent que de la nuit ?  

    Si jamais cette humanité disparait de la terre… regardons quel héritage laisserait-elle à d’éventuels survivants :
    Population Zero -- Un monde sans homme (Fin du monde) Film

    Croissez, multipliez-vous et dominez la terre, ou bien changer de Bible ou de paradigme…

  2. Loic dit :

    Quelle bonne pédagogie que de présenter ainsi la transformation qui s’opère en soi et autour de soi. Un régal de fin gourmet.
    Merci pour ce bon article plein d’intelligence et d’affection.

  3. Rosemonde dit :

    Il est re-venu le temps de la Connaissance de qui l’on est vraiment.
    Il fut un temps fou où des humains furent conditionnés à perdre conscience et l’usage de leur Divinité.
    Eux qui étaient tout Amour se mirent à devenir le contraire, méchants ou souffrants.
    Ils se mirent à prier un Dieu extérieur à eux, si puissant et Absolu qu’ils ne pouvaient concevoir qu’il s’agissait de leur propre Divinité.
    Cela leur prit des milliers d’années et après moult catastrophes et désillusions, ils finirent par réfléchir à la question.
    Qui suis-je fon-da-men-tale-ment ?
    Alors la lumière se fit en eux et depuis pas à pas ils reprennent en leur Divines mains les rênes de leur Sublime Perfection Tout Amour et Beauté, Amour et Bonté.
    La connaissance de leur Omniprésence qui toujours fût.
    Ils étaient tout simplement le Verbe qui s’est fait chair et qui s’est démultiplié par les milliards de formes humaines imparfaites nécessaires à l’oubli.
    Il était bon d’être Humain quand tout allait bien, mais cet oubli créait aussi des douleurs trop cruelles, qu’il était grand temps que cela cesse.
    Les voici de nouveau Maîtres de leur Destin.
    Au diapason Divin.

    Asta luego :lol:

    • Patrick Onnis dit :

      Chère Rosemonde,

      J’aime : « Il est re-venu le temps de la Connaissance de qui l’on est vraiment. »

      Merci pour votre commentaire.

  4. Esprit dit :

    Je viens de partager cet article sur le forum LE POUVOIR DES PIERRES dans la rubrique : 
    A propos de tout… ou de rien !! Un peu de spiritualité

    Merci. :grin:  

  5. Olivier Lutz dit :

    Ne passerait-on pas plutôt du Yang (Homme) vers le Yin (Femme) des aspects intérieur qui sont mis au devant de la scène. Je trouve cette partie de l’analyse faible en argument. Voici mon avis personnel.

    • Loic dit :

      Non, cher ami, il s’agit bien du masculin. L’auteur ne s’est pas trompé. Qu’est-ce que l’autorité naturelle ? Non l’autoritarisme, la domination, le vouloir-pouvoir, l’asservissement à de fausses valeurs.
      J’évoque ici la capacité chez d’aucun de ressentir, de prévenir, d’éduquer, de comprendre, de transmettre, de guider, d’aider dans la lumière celui ou celle qui, dans ses premiers pas, devra se révéler dans un climat de protection, de sécurité afin d’être à son tour un humain total, autonome, indépendant et juste.
      C’est (et cela est parfaitement indiqué dans le texte) le retour du Père en soi. Et non l’espérance qu’un hypothétique Sauveur vienne remettre de l’ordre car cela n’adviendra jamais.
      Il faut remettre de l’ordre dans sa vie et cesser d’attendre tel un nouveau-né que le biberon réconfortant de la mère vienne calmer les peurs et les attentes.
      C’est le retour ou plutôt l’avènement du masculin dans sa vraie dimension.

    • Patrick Onnis dit :

      Cher Olivier,

      Je suis tout à fait d’accord avec votre analyse. En effet, en période YANG, les masques tombent et ce qui était « caché » ou « intérieur » sont visibles par tous (sur le devant de la scène).

      Vous me donnez aussi la possibilité et je vous en remercie d’expliquer un certains nombre de points, quant à la publication de ces articles :

      AVIS AUX LECTEURS :

      Ces écrits ont pour but le partage de certaines règles de vie. Ils s’appuient sur l’expérimentation, d’où la difficulté de parvenir à transmettre ce vécu de façon académique. Une des difficultés réside dans le fait de pouvoir transcrire ces principes qui dépassent le mode de la communication, celui-ci étant intellectuel.

      D’autre part, il se peut que le lecteur ne soit pas réceptif et ouvert. En effet, celui-ci se doit de dépasser les préjugés issus de son éducation, de son vécu et de faire abstraction de l’« autoroute » de la pensée unique largement diffusée par les médias. La communion, quant à elle, relève d’une toute autre dimension. C’est la rencontre de deux sensibilités. La communication se fait de tête à tête, la communion se fait de cœur à cœur : c’est un ressenti.

      Ces textes n’ont pas pour but de convaincre quiconque, mais de promouvoir des préceptes de vie existants depuis la nuit des temps et bien souvent en accord avec le bon sens. Le modernisme donne de plus en plus de place au virtuel, au détriment de l’aspect humain. Les idées développées dans ces articles peuvent nous aider à mieux vivre dans la société actuelle et à surmonter cette « fin d’un monde » pressenti par beaucoup au travers des signes avant-coureurs tels que : catastrophes naturelles, dérèglements climatiques, augmentation de la violence chez les jeunes, conflits sociaux, faillite du système monétaire…

      Pour étayer nos propos, nous nous référons à certains extraits d’ouvrages. D’autre part, nous utilisons des termes et des illustrations simples et compréhensibles par tous. Aussi, nous avons privilégié un exposé plutôt imagé.

      Autre difficulté : en abordant un thème particulier, nous sommes obligés de faire référence à d’autres thèmes qui, eux-mêmes, en engendrent d’autres car tous les principes de vie s’imbriquent les uns les autres. Ceci peut donner au lecteur le sentiment que le discours est décousu et qu’il manque de structure. En abordant les divers sujets des différents recueils, nous sommes obligés de reprendre certains thèmes déjà approfondis.

      L’idée générale que nous tenons pour base de notre travail est le fait que nous nous sommes éloignés des principes qui dirigent l’univers. La lecture et la relecture de ces préceptes et leur mise en pratique dans la vie quotidienne au travers de nos paroles et de nos actions peuvent nous amener à faire des prises de conscience. Celles-ci nous rapprochent des principes créateurs. Diminuer la distance entre les principes créateurs et nous-même, constitue un entraînement.

      A ce sujet, nous pouvons imaginer qu’un nuage se trouve entre le soleil et nous-mêmes et que ces prises de conscience permettent des trouées au sein de celui-ci laissant ainsi passer les rayons du soleil qui, symboliquement, représentent la vérité.

      Bien à vous.

  6. Nicolananda dit :

    Une petite histoire…

    Un jour, dans le désert, un maître soufi se promenait à dos de chameau avec son disciple !
    La fin de la journée arrivant, ils s’arrêtent près d’un oasis et le maître dit au disciple :
    - Attache ton chameau pour la nuit !
    Puis, le maître s’endormit.
    Le disciple, étant si fatigué, n’attacha pas son chameau, et lorsque le soleil se leva, le chameau avait disparu. 
    - Ho la la ! dit le disciple.
    Le maître lui demanda :
    - N’as-tu pas attaché ton chameau ?
    Le disciple lui répondit :
    - Hé bien, j’étais si fatigué, j’ai demandé à Allah de prendre soin de mon chameau.
    Alors, le maître conclut :
    - Ah, cher ami, ne sais-tu donc point qu’Allah n’a pas d’autres mains que les tiennes ?

    Voilà une bien jolie histoire illustrant le fait que l’homme a perdu de vue qu’il porte en lui un part divine, et que comme l’a dit Jésus : « VOUS FEREZ DE PLUS GRANDES ET PLUS BELLES CHOSE QUE MOI. »

    • Patrick Onnis dit :

      Cher(e) Nicolananda,

      Merci pour cette merveilleuse histoire qui peut aussi se résumer, me semble-t-il, par :
      Aides-toi, le ciel t’aidera !

      Au plaisir.

  7. Expressorion dit :

    Passer du  Ying au Yang ? Sommes-nous en train de jouer encore au YoYo ?
    Jeu incontournable de la dualité…
    Au centre de ces deux polarités se trouve un point d’équilibre,
    où pourtant le mouvement conserve son impulsion initiale.
    (YoYo qui tourne sur lui-même sans balancement)
    Ni masculine, ni féminine… Ni ! Ni 2,  mais 3… chiffre de l’unité absolu.
    Ce retour à l’unité en conscience, c’est notre seul destin à tous.
    Présentement, nous sortons des sentiers battus pour entreprendre une nouvelle voie,
    balayée de ses embûches et plus aisée en conscience vers notre destin final… 
    Libre à ceux d’accélérer leur pas droit au but en prenant leur Coeur comme boussole !

    • Patrick Onnis dit :

      Cher(e) Expressorion,

      Tout a fait d’accord avec vous. Nous rentrons dans l’époque de la synthèse, du croisement de deux forces opposées, mais complémentaires : le YANG et le YIN. 
      Notre vie doit être également inspirée par cette réalité. Thèse + antithèse = synthèse.
      C’est la recherche qui consiste à croiser deux éléments de nature opposée pour faire naître une troisième puissance, une force de très grande puissance.

      Au plaisir de vous lire.

  8. Dionysos dit :

    A bas les masques du carnaval des certitudes
    des mensonges, le masque de la force, de la gloire…
    A bas les masques du carnaval de l’hypocrisie,
    le masque des mains mal tendues, du verbe glorieux…
    A bas les masques des bonnes intentions , celui des
    « on voudrait bien » et des « si j’avais su »…
    A bas les masques, tous les masques, tous mes masques,
    et que, demain, surgisse en moi, l’HOMME NOUVEAU.

    Merci pour cette série d’article, et citant René Barjavel :

    A tous, morts et vivants, avec admiration et gratitude je dédie ce texte qui leur doit son existence, et je les prie de m’accueillir parmi eux.

    Merci.

    • Patrick Onnis dit :

      Cher(e) Dionysos,

      Merci pour votre commentaire.
      Soyons des hommes nouveaux et éduquons nos enfants pour qu’ils deviennent des êtres nouveaux…

      Au plaisir.

  9. Expressorion dit :

    Que de commentaires inspirants ici…

    Notre vie doit être également inspirée par cette réalité. Thèse + antithèse = synthèse.

    Formule chère à certaines écoles philosophiques et mystiques.
    Sommes-nous prêts à accéder à cette nouvelle « sainthère » de nos vies ?

    Maintenant que nous savons ; méfions-nous du mental et de ses excuses…
    Maintenant que le prisme de notre conscience en diffuse les couleurs d’un nouveau paradigme, ne détournons point le regard.

    Comme Ulysse a fait un long voyage, nous approchons de la rive… 
    Que de belles et glorieuses histoires à raconter à notre veritable famille !

    • Patrick Onnis dit :

      Cher(e) Expressorion,

      Si l’on parle de Dieu, il est inexacte, à mon sens, de parler de Dieu le Père. Il est plus judicieux de parler de DIEU PÈRE-MÈRE, Dieu parent. Dieu qui est à la fois YANG et YIN. Nous sommes à l’époque, effectivement, où Ulysse se doit de retrouver sa mère-patrie, autrement dit, de faire retour à son origine. Le temps de la dualité, de l’opposition qui a permis le développement de la civilisation matérialiste (occident) est terminé. Nous voici à l’époque du croisement de l’orient et de l’occident, des énergie YANG et YIN. Du croisement de ces deux forces opposées et complémentaires naîtra la nouvelle civilisation, que nous devons d’abord établir en nous-même. Le temps de l’antagonisme est terminé.

      Merci pour vos commentaires pleins de bon sens. 
      Au plaisir.

      • Expressorion dit :

        Suite à ce dernier commentaire, il m’apparait important de souligner que pendant ce long voyage éloigné de notre êtreté, nous avons pénétré à pieds joints dans cette matière pour l’émietter dans tous sens… afin de satisfaire nos besoins égotiques, sans savoir qu’ainsi, au plus profond d’elle, nous libérions la puissance de l’unité de sa lumière… Telle a été notre mission !
        Chacun y travaillant avec ses propres outils, le résultat fut le meme.
        Consciemment ou non, nous sommes tous des travailleurs de lumière…

        Ex Or.

        • Patrick Onnis dit :

          Cher(e) Expressorion,

          Tout à fait d’accord avec vous.
          Je vous invite à lire la 6ème partie de cet article.
          A venir bientôt.

          Au plaisir de partager.