Des complications : une œsophagite

Le RGO (reflux gastro-œsophagien) évolue souvent de façon chronique sans entraîner de complications. Cependant, s’il n’est pas pris en charge, il peut être responsable d’une œsophagite.
C'est quoi : il s'agit d'une inflammation de la muqueuse de l'œsophage. Les sucs digestifs du reflux ont une action corrosive qui provoque des lésions sur l'ensemble de la muqueuse. Cette œsophagite par reflux est aussi nommée œsophagite peptique.
Ce qui doit alerter : des régurgitations acides, des douleurs avec des difficultés à avaler, des sensations de brûlures à la déglutition des boissons chaudes ou alcoolisées.
Que faire : consulter un gastro-entérologue qui fera une endoscopie et prescrira de quoi soulager les symptômes. Il indiquera également comment prévenir les éventuelles récidives, notamment avec un traitement médicamenteux et un changement d'habitude alimentaire.

La sténose de l'œsophage

Non traitée, l'œsophagite peut dans certains cas évoluer vers une sténose de l'œsophage.
C'est quoi : il s'agit du rétrécissement du bas de l'œsophage provoqué par les irritations acides et l'accumulation de cicatrices qui se forment sur la muqueuse.
Ce qui doit alerter : les aliments ingérés ont de plus en plus de mal à passer dans l'estomac. Ils stagnent et dilatent l'œsophage qui devient un réservoir alimentaire dans le thorax. "Ceci entraîne un amaigrissement et des remontées d’aliments dans les bronches avec un risque d’infection pulmonaire grave" explique le Pr Bigard.
Que faire : consulter un gastro-entérologue pour faire une endoscopie.

 Beaucoup plus rare : un syndrome de Barrett

C'est quoi : il s'agit d'une complication grave, mais rare qui touche moins de 10% des personnes concernées par un reflux gastro-œsophagien chronique. Agressées régulièrement et de façon prolongée par le suc gastrique, les cellules de l’œsophage sont remplacées par des cellules de type gastriques ou intestinales. Des lésions se forment et deviennent irréversibles. Il existe alors un risque augmenté de cancer du bas de l'oesophage.
Ce qui doit alerter : ce syndrome se manifeste par les symptômes du reflux. Des brûlures d'estomac nocturnes peuvent également se manifester (non systématiques).
Que faire : il est important de consulter un spécialiste. "Le diagnostic se fait par une endoscopie de dépistage chez les reflueurs chroniques" explique le Pr Bigard.

 Dévitalisation dentaire et mauvaise haleine..

Les personnes atteintes de reflux ont des risques de problèmes dentaires. Les remontées acides au niveau de la bouche entraînent une perte de l'émail des dents et des lésions buccales.
Les molaires inférieures et les incisives sont les dents les plus exposées aux attaques acides et les plus sensibles à l'érosion. Cela peut entraîner la dévitalisation de la dent.
Ce qui doit alerter : les premiers signes sont une hypersensibilité des dents au chaud et au froid, au toucher et au sucré. On remarque également des lésions au niveau des gencives. Les remontées acides peuvent être une cause également de mauvaise haleine.


Que faire : consulter un dentiste. Il est souvent le premier à diagnostiquer un reflux gastro-œsophagien par l'observation d'une érosion dentaire.

 Des risques d'asthme

L'asthme et le reflux gastriques sont souvent liés.
Pourquoi : les aliments ingérés sont dissous dans l'estomac grâce à l'acide gastrique. Les parois de l'estomac sont protégées, mais si l'acidité gastrique remonte dans l'œsophage, elle peut redescendre dans les bronches, entraînant des irritations à l'origine des crises d'asthme.
"Cela arrive particulièrement la nuit lorsque le corps est allongé. La responsabilité réelle du reflux dans la survenue de crises d'asthme est difficile à affirmer car dans l’autre sens une crise d’asthme favorise la survenue d’un reflux !" explique le Pr Bigard.
Que faire : consulter un gastro-entérologue.

Remerciements au Pr Marc-André Bigard, gastro-entérologue.
Remerciements au Dr Jean-Loup Dervaux, médecin et auteur de plusieurs ouvrages dont Les troubles digestifs liés au stress aux éditions Dauphin.
Site http://estomacinfo.fr

source: /http://sante.planet.fr/

 Le traitement des brûlures d’estomac avec l’homéopathie

Les brûlures digestives se manifestent différemment selon leur cause. En effet, ayant une origine hormonale, mécanique, médicamenteuse ou alimentaire, elles peuvent s’accompagner de régurgitations acides, de sensations de soif, de ballonnements et de nausées, entre autres. Pour les soulager, en plus d’une bonne hygiène de vie, on peut recourir à des produits homéopathiques. Toutefois, si elles persistent, il est conseillé de consulter un homéopathe ou un médecin qui peut prescrire les remèdes adaptés.

illustration « Réduire les brûlures d’estomac avec l’homéopathie » cliquer pour agrandir

Les brûlures digestives

Afin de trouver le traitement homéopathique adapté aux brûlures d’estomac, il faut tenir compte de leur manifestation afin de connaître leur éventuelle cause.

Les manifestations courantes

Dans la majorité des cas, les brûlures digestives résultent du reflux de l’acide qui atteint l’œsophage, mais il existe également d’autres facteurs qui peuvent les occasionner. Souvent, elles sont accompagnées d’une remontée amère et acide, d’une sensation de lourdeur et de vomissement.

Les causes habituelles

A chaque cas correspond un traitement homéopathique adapté, c’est la raison pour laquelle il faut déterminer la cause de ces brûlures d’estomac. De nombreux facteurs peuvent en effet être à leur origine dont le stress, l’anxiété, la prise de médicaments anti-inflammatoires, la consommation de café, de thé, de boisson alcoolisée, de chocolat en excès, d’épices et d’aliments trop gras, entre autres. Souvent, les femmes enceintes sont sujettes à des brûlures gastriques dues à l’augmentation de la concentration de progestérone, laquelle affaiblit les fonctions digestives de l’estomac. Outre la progestérone, la gêne occasionnée par le bébé sur l’appareil digestif de la mère peut aussi provoquer une hernie hiatale, source dereflux gastrique.

Les remèdes homéopathiques pour les brûlures digestives

Aujourd’hui, toute personne souffrant de brûlures digestives peut trouver un remède homéopathique adapté à son cas. Généralement, le traitement est de 3 granules par prise, matin, midi et soir durant 21 jours, mais si le soulagement tarde à venir ou si le malaise persiste, il est impératif de consulter un médecin ou un homéopathe.

Le traitement homéopathique en cas d’hyperacidité

Un taux d’acide gastrique trop élevé engendre des brûlures digestives intenses et des aigreurs. Si le mal concerne le tube digestif, le remède approprié est l’Iris Versicolor 5 CH, à prendre avant les repas, tant que les symptômes persistent. Dans un tel cas, le Capsicum 5 CH, le Sulfuricum acidum 5 CH, le Robinia 5 CH et l’Abrotanum 7 CH peuvent aussi s’avérer efficaces.

Si les brûlures surviennent la nuit et s’apaisent légèrement une fois qu’on boit une boisson chaude, Arsenicum Album 9 CH est le produit adapté, mais il arrive parfois que la brûlure s’accompagne de hoquets, surtout après le repas. Dans ce cas, il faut prendre Sabina 7 CH. Par ailleurs, le tabac accentue la brûlure digestive. Ainsi, si le sujet est fumeur, le Chelidonium 7 CH est conseillé.

Le traitement des brûlures digestives accompagnées de ballonnements

Lorsque les brûlures digestives s’accompagnent de renvois et de ballonnements, le Nux Vomica peut suffire, mais si en plus des ballonnements, le sujet a tendance à somnoler après les repas et si en plus la brûlure s’aggrave progressivement suite à une prise d’épice, de café ou d’alcool, le produit recommandé est le Kalium Carbonicum 5 CH ou le Similasan, à prendre au moment des crises et avant de se coucher. Signalons à titre d’information que le Similasan est composé de Nux Vomica D10, de Natrium Phosphoricum D12 et de Calcium Carbonicum Hahnemanni D15.

Les autres remèdes homéopathiques pour traiter les brûlures digestives

Si les brûlures résultent de l’anxiété et du stress, on suggère l’Argentum nutricum 5 CH, mais pendant le traitement, il faut prendre soin de réduire la consommation d’aliments sucrés. Par ailleurs, si le patient a une grande envie de boire de l’eau froide ou même glacée pour calmer sa brûlure digestive, il est conseillé de prendre du Phosphorus 5 CH ou de l’Arsenicum album 5 CH. Si en plus des brûlures d’estomac, le sujet a aussi des crampes qui se dissipent après application d’une bouillotte chaude, l’Arsenicum album 5 CH et le Magnesia phosphorica 5 CH sont indiqués. Mais, si en plus de la crampe il y aussi des éructations avec la brûlure d’estomac, il faut prendre Carbo Vegetabilis 5 CH.

Pipelette.Com vous raconte tout

 Traiter le reflux gastro-œsophagien par l'homéopathie

 Le reflux gastro-œsophagien est une remontée anormale du contenu acide de l'estomac vers l'œsophage. L'homéopathie agit au niveau de l'instabilité gastrique et œsophagienne pour bloquer ce passage à contre-sens du contenu gastrique.

 Le reflux gastro-œsophagien est une maladie bénigne entraînant une remontée anormale du contenu gastrique vers l’œsophage. Cependant, en l’absence de traitement, le reflux gastro-œsophagien peut entraîner des complications sérieuses. Cette pathologie touche particulièrement les personnes âgées de plus de 50 ans, les femmes enceintes au cours du troisième trimestre de la grossesse et les individus en surcharge pondérale. Le reflux peut également être observé en cas d’hernie hiatale. Par ailleurs, on note une fréquence plus élevée du reflux gastro-œsophagien chez les fumeurs.

Les symptômes

 Les symptômes sont surtout observés après les repas ou durant la nuit, mais également lors de certains mouvements (flexion du tronc vers l’avant). Le patient ressent un liquide acide remonter dans sa gorge, entraînant une sensation de brûlure, voire une douleur rétro-sternale. Les hoquets fréquents peuvent également être observés, ainsi qu’une mauvaise haleine traînante. Le reflux peut aggraver l’asthme chez les sujets concernés. Chez les bébés, le reflux est fréquent et bénin du fait du manque de maturité de leur sphincter œsophagien.

Le reflux gastro-œsophagien peut se compliquer en inflammation œsophagienne (œsophagite), celle-ci peut entraîner à son tour une sténose peptique (baisse du calibre de l’œsophage). La muqueuse fragilisée peut entraîner des saignements minimes mais persistants, détériorant insidieusement l’état général du malade.

 Traitements du reflux gastro-œsophagien avec l’homéopathie

Pour traiter le relâchement sphinctérien de l’œsophage, il faut agir en premier lieu sur la motricité gastrique. Pour cela, on utilise Nux Vomica(4 à 5 CH), 10 minutes avant le repas et une autre prise 10 minutes après le repas.

Afin de protéger l’œsophage contre les brûlures(œsophagite), on préconise les médicaments de basse dilution comme Robinia, Capsicum, Sulfuricum Acidium Scantharis ou Iris Versicolor, à prendre trois fois par jour, avant chaque repas.

A l’inverse, pour les remontées acides, il faut prendre des médicaments à forte dilution une fois par jour ou selon la fréquence des symptômes une fois par semaine. On peut notamment citer Cuprum Carbonica, Calcarea Carbonica, Nux Vomica ou Lycopodium.

Par ailleurs, le reflux gastro-œsophagien est fréquent chez les bébés. Il disparaîtra spontanément entre six mois et un an. Cependant, on peut dissoudre 5 granules de Cuprum 9CH dans le biberon lorsque le reflux est fréquent et affecte la santé du bébé.

Quand consulter un médecin ?

Certains signes sont inhabituels et peuvent révéler une maladie plus grave. Il faut alors consulter un médecin dès l’apparition de fausses routes fréquentes à chaque déglutition, de difficultés à avaler tant pour les aliments solides que liquides, d’une perte de poids rapide, de douleurs abdominales etvomissements, d’apparitions de crachats striés de sang ou franchement sanglants, de selles noires (traduisant une hémorragie digestive). De manière plus générale, la surveillance rapprochée et les examens complémentaires (endoscopie digestive) sont systématiques chez les sujets de plus de 45 ans, et lorsque le pyrosis se manifeste plus d’une fois par semaine. Chez les bébés, la consultation est fortement recommandée si le reflux gastro-œsophagien est accompagné de diarrhée ou de fièvre, d’amaigrissement ou de stagnation de la courbe pondérale.

Traitements et pathologies associés à « reflux gastro-œsophagien »

 Traitements Associés‎

 Homéopathie.Com