Non, il ne s’agit pas d’une quelconque expérimentation de médicaments, mais d’un test qui vient d’être fait de l’autre côté du Channel, pays décidément très à l’aise (et très en avance) pour sa relation avec l’argent et la médecine…[1]

Je vous explique…

Bon nombre de patients psychotiques oublient de suivre leur traitement. Ça pose évidemment problème au point de vue tant de leur santé que du coût de leur ré-hospitalisation en psychiatrie après une rechute.

Et quand on parle de « bon nombre », il faut savoir que, selon les patients, la mauvaise observance des traitements varie de 25 à 80% !

Énorme ! Même les “seulement” 25% !

Différentes méthodes ont été essayées, sans plus de succès les unes que les autres : éducation de la famille et des proches, psychoéducation, psychothérapies, suivi téléphonique, thérapies de motivation, rien n’y a fait ! Des tas de patents oubliaient toujours de se rendre à l’hôpital pour leurs injections !

Alors, les Anglais ont testé une méthode originale : refiler une petite rémunération chaque fois que des patients souffrant de schizophrénie, de troubles schizo-affectifs ou de troubles bipolaires venaient se faire injecter leur médoc (une forme retard injectable).

 Des chiffres du test ?

Une petite rémunération de plus ou moins 17€, à recevoir immédiatement après chaque injection…

131 patients, répartis en 2 groupes : +/- 60% d’entre eux ont reçu cette rémunération, et les autres, une quarantaine de pourcents, n’ont rien reçu.

Des patients connus pour leurs habitudes de mauvaise observance de leur traitement (moins de 75 % du traitement prescrit au cours des 4 derniers mois).

Pendant les 12 mois qu’a duré le test, l’observance est passée de 69% à 85% (16% en plus) dans le groupe expérimental rémunéré et de 67% à 71% (4% en plus) seulement dans le groupe témoin (je vous passe les détails des calculs d’ajustement).

Pas encore une observance parfaite, mais, bon, 28% des patients du groupe « rémunération » ont reçu au moins 95% de leur traitement, alors qu’ils ne sont que 5% du groupe témoin ! Une fameuse évolution !

Problème : il est difficile de juger actuellement, sur un si petit nombre[2], si cela se traduit par un meilleur état de santé. Les patients du groupe « rémunération » se disaient enchantés de l’amélioration de la qualité de leur vie, mais était-ce dû aux 17€ reçu lors de chaque injection, ou au meilleur suivi de leur traitement, il est encore un peu tôt pour le dire, et il faudrait tester cela sur quelques centaines de patients supplémentaires durant un peu plus longtemps qu’une seule année…

 Alors, évidemment, ça rouscaille un peu chez les praticiens Rosbifs…

Dame, c’est qu’il n’est pas facile de faire admettre dans les hautes sphères médicales (et financières) que l’on paie des malades pour se soigner, même si cela se traduit au final par des économies (sur les traitements, sur les hospitalisations)…

 Wait and see…

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais perso, je me dis que si cela permet d’avoir des patients mieux soignés tout en faisant économiser de l’argent au final, bah, why not… C’est de l’argent plutôt bien placé, à mon sens…

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[2] Encore que des études avec bien moins de « testeurs » aient déjà servi à valider officiellement des protocoles qui n’auraient jamais dus l’être, mais, bon, ce n’est pas parce que des tests ont été réalisés malhonnêtement que tout le monde doit faire de même.

Eric G Delfosse

 http://santealalune.wordpress.com/