Egypte découverte du Temple de Louxor dédié au dieu Amon-Ré

le temple de Louxor est situé sur la rive droite du nil au coeur de l'ancienne Thébes il est dédié au Dieu le plus important de la mythologie Egyptienne Amon-Ré ( english ) Luxor Temple is located on the right bank of the Nile in the heart of ancient Thebes he was dedicated to Amun ( deutsch ) Luxor-Tempel befindet sich auf dem rechten Ufer des Nils im Herzen des antiken Theben gelegen war er zu Amun geweiht يقع معルクソール神殿は、彼はアメンに捧げられた古代テーベの中心部にナイル川の右岸に­位置しています
بد الأقصر على الضفة اليمنى لنهر النيل في قلب طيبة القديمة كان كرس لآمون

Claude Aven

Le temple de Edfou ,Egypte

Edfou la ville du flotteur en égyptien, Apollinopolis Magna en grec) est une ville de Haute-Égypte. Ce sont les Grecs, qui avaient identifié le dieu Horus avec Apollon, qui lui donnèrent le nom d'Apollinopolis Magna. Elle s'est développée sur la colline où se situait la ville antique de Behédet (ou Behdet) et où se développera plus tard celle d'Apollinopolis Magna.
Elle est située sur la rive ouest du Nil, dans une région particulièrement riche en blé, au débouché des pistes caravanières venant du désert et des mines d'or de Nubie. Entre Assouan et Thèbes, elle est à 105 km au sud de celle-ci et à 755 km du Caire.

Le temple d'Edfou
En -237, au milieu de la petite ville, Ptolémée III Évergète Ier fait construire le temple colossal dédié à la triade Horus, Hathor et Harsomtous, qui sera achevée en -57. Il est aujourd'hui encore presque intact, c'est un des monuments les mieux conservés de toute l'Antiquité. Il est considéré comme le temple égyptien classique, avec une cour à ciel ouvert entourée de portique.

Le Temple de Philae ,Egypte

 

Philæ note , aussi orthographié Philaé, qui signifie île ou « monticule sur les eaux qui émerge au temps de Râ »[réf. nécessaire] est une île d'Égypte submergée dans les années 1970. Jusqu'en 1974, elle contenait les ruines des temples et d'une ville antique égyptienne. Déjà dégradés par plusieurs décennies d'immersion saisonnière sous les eaux du lac de retenue de l'ancien barrage d'Assouan et menacés d'un engloutissement définitif avec la mise en service du haut barrage d'Assouan en 1970, les temples ont été déplacés et remontés entre 1974 et 1976 sur l'île voisine d'Aguilkia qui a été remodelée pour l'occasion. Depuis l'opération, seul le point culminant de l'ancienne île de Philæ émerge du lac sous la forme d'un rocher.
Philæ était une ville antique égyptienne du premier nome de Haute-Égypte, le nome « du Pays de l'arc (ou du Pays de Nubie) » (tA-sty). Elle abritait un temple d'Isis, l'un des mieux conservés de l'Égypte antique, dont la construction est commencée par l'un des derniers pharaons égyptiens, Nectanébo Ier, et terminée par les Romains. Le temple reste voué au culte de la déesse et est fréquenté par les Blemmyes, une tribu nubienne, jusqu'au milieu du vie siècle lorsqu'il est transformé en église copte sur ordre de l'empereur Justinien. Avec l'arrivée du tourisme de masse en Égypte ,Philæ est devenue l'une des destinations les plus populaires du pays attirant plusieurs milliers de visiteurs chaque jour en haute saison.

Philæ est située au sud d'Assouan, entre l'ancien barrage d'Assouan au nord-ouest et le haut barrage d'Assouan au sud, juste à l'est de l'île de Biggeh et au sud-est de l'île d'Aguilkia distante d'environ 300 mètres. Avec la remontée des eaux provoquée par la construction des deux barrages d'Assouan, l'île est engloutie depuis les années 1970 à l'exception de son point culminant émergeant sous la forme d'un rocher. Avant sa submersion, l'île avait la forme d'un oiseau

Le Temple d'Abou Simbel ,Egypte

Les temples d'Abou Simbel1 sont deux temples de l'Égypte antique construits par le pharaon Ramsès II (-1304 / -1213, XIXe dynastie) pour son culte ainsi que celui de dieux égyptiens et de son épouse Néfertari à Abou Simbel, en Égypte, au nord du lac Nasser sur le Nil, à environ soixante-dix kilomètres de la deuxième cataracte du Nil.

Sauvetage par l'UNESCO
Scène de découpe des colosses de la façade du grand temple d'Abou Simbel lors du sauvetage des deux temples en 1967.
Dans les années 1960, alors que le président égyptien Gamal Abdel Nasser fait construire le haut barrage d'Assouan sur le Nil afin de produire de l'électricité, d'augmenter les surfaces cultivables et d'éliminer la crue du Nil en aval du barrage, l'UNESCO entreprend de sauver ces deux monuments majeurs du patrimoine mondial de la montée des eaux du lac Nasser.
Le chef d'œuvre nubien de Ramsès II, situé à l'origine sur les collines sacrées de Méha et d'Ibshek, a été démonté entièrement et reconstruit plus haut au bord du lac sur une colline factice à l'abri de la montée des eaux.
Le sauvetage d'Abou Simbel représente pour l'archéologie la mise en place de mesures décrétées par l'UNESCO et qui a fait reconnaître à plusieurs pays l'importance de préserver le patrimoine mondial.
L'égyptologue française Christiane Desroches Noblecourt4,5a beaucoup œuvré pour le sauvetage de ces temples.
Jean Bourgoin, ingénieur, a été le chef de projet pour l'Unesco, de cette mission de sauvetage.

Le Temple d'Hatchepsout 

Hatchepsout1 est reine-pharaon, le cinquième souverain de la XVIIIe dynastie de l'Égypte antique.
Hatchepsout est la fille de Thoutmôsis Ier et de la Grande épouse royale Ahmès.
Son demi-frère, Thoutmôsis II, qu'elle avait épousé pour assurer la légitimité de ce dernier, monte sur le trône après le décès de son père ; mais, sans doute d'une santé fragile, il disparaît jeune. Manéthon l'appelle Amessis2 ou Amensis3.
Inéni, qui fut maire de Thèbes, rapporte dans une inscription autobiographique de sa tombe4 que
« Thoutmôsis (le second) partit pour le ciel et se mélangea aux dieux. Son fils (Thoutmôsis III, le fils de Thoutmôsis II et d'Iset, une des concubines de son père) monta à sa place sur le trône du Double Pays et régna sur le trône de celui qui l'avait engendré. »
Or, à son avènement, le nouveau roi
« était encore un tout jeune enfant. C'est pourquoi sa sœur [sic] Hatchepsout [...] conduisait les affaires du pays. Les Deux Terres étaient soumises à sa volonté et la servaient.

 

 

Le Monde en Vidéo