48562926-gorille-triste-pensive

qu’il vous oblige à assister au déjeuner dominical chez belle-maman ? 
·      ou bien que celle-ci débarque chez vous sans prévenir ?
·      qu’il/ou elle ne finalise jamais ses projets ?
·      qu’il/ou elle vous coupe systématiquement la parole ?
·      qu’il/ou elle vous soule, pour vous accuser après de ne pas avoir pu en  placer une ?

Croyez-vous qu’il fait exprès ?

Les gens font rarement exprès d’être insupportables, et ils ne cherchent pas toujours à nous faire mal.
Souvent, leurs comportements sont provoqués par les anciennes blessures.
Comme les nôtres, d’ailleurs…

Et nous pouvons aussi nous poser les questions :
·      pourquoi je ne me sens jamais à ma place ?
·      pourquoi je donne tant mais je ne sais pas recevoir ?
·      pourquoi je m’efface ou je me sacrifie dans mes relations ?
·      pourquoi je m’auto-dévalorise et je m’auto-sabote ?

Les questions sont nombreuses et elles reviennent à :
·      qu’est-ce que vous avez de la peine à accepter en vous et chez l’autre ? 
·      qu’est-ce qui vous fait les plus souffrir ?

Bon, les fameux : « chérie tu m’aimes ? », qui énerve tant les hommes ou encore le sempiternel reproche : « tu ne m’écoutes jamais » ne viennent pas forcément d’une blessure.
Juste de la difficulté de communication entre les deux sexes.

Bon nombre de nos comportements sont provoqués par nos blessures d’enfance.
Ce que ne les excuse pas tous, bien évidemment, mais permet d’avoir une autre perspective.
Dans mon dernier article je donne des pistes pour détecter ce qui vient d’une vielle peine, souvent oubliée ou enfuie.
Il vous permettra peut-être de mettre le doigt sur ce qui vous pèse depuis si longtemps.
Et pour vous remercier de votre fidélité, je vous propose de m’écrire dans quelle blessure vous vous retrouvez, et je vous répondrai par mail, afin de vous donner les éléments de réponse.

Cette offre vous est réservée en exclusivité.

Comme dans cet article je parle aussi des mères dévorantes, qui vivent leurs ambitions à travers leur progéniture, voilà une blague que j’adore : une mère court sur la plage, criant : « Au secours ! Mon fils avocat se noie ! »

Belle fin de semaine et à bientôt.